L'empreinte digitale est le motif récurrent, obsédant, de l'oeuvre d'Aldo Caredda. Oeuvre après oeuvre, dans un premier temps sur des toiles blanches de grand format, désormais sur des supports trés divers, l'artiste laisse cette empreinte de son corps. Ce seul et unique geste -la mémoire d'un micro-évènement tactile- identique par définition, révèle pourtant une forme toujours différente: celui qui, prétendant aller du même au même dans un geste répétitif, passe en fait d'un même à un autre, et traduit (et traduisant trahit) ce qu'il prétend reproduire : Toute répétition est moteur de l'avènement d'une différence.

Stephen Wright

in "l'incurable mémoire des corps"
éd.Alliage's – Paris – 2000

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

 

2012

 

 

 

 

 

 

   

 

 

 

"THE CHELSEA HOTEL"

NEW YORK (2008/2012)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2008 - 101 empreintes sont déposées sur les douze étages du Chelsea Hotel

2008 - 101 fingerprints are placed on the twelve floors of the Chelsea Hotel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


101 boites contenant 101 empreintes chaque (7x5x5 cm)

101 boxes each containing 101 fingerprints (2,7x2x2 inches)

 

 

 

"caress" the chelsea hotel - texte de Jean-Louis Poitevvin (in ALL edition/2012)

 

 

 

 

 

 

 

 

"best of... une rétrospective, même

1992/2012"

 

installation - 1813 empreintes, acrylique sur adhésif, dimensions variables - 2012 ---------- -------------- peinture, acrylique sur toile (1813 empreintes) 200x150 cm - 1992

installation - 1813 fingerprints, acrylic on adhesive paper, variable dimension - 2012 -------------------- painting, acrylic on canvas (1813 fingerprints), 80x60 inches - 1992